sans titre (burning car)
film numérique, 4'03''
couleur, son
édition de 5 + 2 EA
2018




extrait




(burning car) est une vidéo réalisée de nuit et sans autorisation dans un décor indéfini. Tournée avec un téléphone portable et similaire à un film Internet amateur, elle enregistre une voiture brûlée au cocktail Molotov. La performance s’inspire d’une rumeur avérée sur des reporters proposant de l’argent à de jeunes banlieusards en échange d’un véhicule incendié, lors des premières émeutes urbaines médiatisées en France, à l’été 1981. L’œuvre est une remise en scène d’images soudoyées et d’un symbole largement partagé, celui de la voiture comme réceptacle de la révolte. Le geste radical s’inscrit alors dans une nécessité d’accès à la violence et apparaît à l’époque, comme l’expression d’un groupe social parqué dans des ghettos bétonnés.
La démarche est un travail semi-fictionnel qui mêle création filmique et acte de vandalisme réel. (burning car) transgresse les règles légales de tournage et pointe ainsi la fabrication d’images par la presse. Le cadre d’exposition détermine l’effet de la vidéo, le sujet médiatique étant désormais exploité dans le champ artistique. Présentées sous forme de projection à grande échelle, les images cadrées à l’iPhone sont conçues comme une version restaurée des évènements.